Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Phedre3.

Phedre3.

De tout un peu.

Publié le par phedre3

 

 

numérisation0001Les escaliers de la "Chambre Haute" 

 

 

  """""""""  

 

La chambre haute.

 

Près d'un mur lézardé, quelques marches de pierre

Conduisaient jusqu'à toi, mon refuge, mon nid.

Glycine, chèvrefeuille et des branches de lierre

S'échappaient de la rampe en désordre infini.

 

Ton parfum, quand j'entrais, sentait l'éternité.

Je redonnais la vie à tes vieilles reliques,

Celles qu'on ne veut plus, que l'on met de côté

Et dont le bois s'est tu sans l'odeur d'encaustique.

 

Le tilleul caressait la fenêtre au levant,

Les oiseaux s'y nichaient dans un froufrou de plumes.

J'épiais tous les bruits que m'apportait le vent

Depuis le chant du coq jusqu'au son de l'enclume.

 

Le printemps ramenait l'élégante hirondelle

Qui retrouvait son nid sur la poutre juché

Et le refaçonnait de brindilles nouvelles

Et puis douillettement retournait s'y nicher.

 

De la fenêtre à l'ouest, j'entendais le village,

Au rythme soutenu par les ailes du temps,

Les sabots d'un troupeau revenant du pacage

Ou le cri d'un essieu souffrant depuis longtemps.

 

Le soleil au couchant, dardait sa flèche orange

Et dorait l'étagère aux pieds un peu bancals,

Où dormaient des écrits en équilibre étrange,

Les romans de quat'sous flirtant avec Stendhal.

 

Et c'est là que j'appris les tout premiers baisers,

Promesses et serments, ruptures, retrouvailles,

Quelques chansons à boire aux vers un peu osés,

Des refrains de soldats sous des airs de gouaille.

 

Le miroir ébréché sur le vieux mur jauni

Renvoyait le reflet de mon bonheur candide.

Mon visage enfantin n'avait pas de vernis,

Mon ciel était serein, mon avenir limpide.

 

C'était hier ....mais à présent,

 

Qui es-tu maintenant, qu'a-t'on fait de ton âme,

Ton parfum suranné qui berça mes beaux jours?

Tu ne sauras jamais combien je me condamne

D'avoir laissé le temps m'éloigner pour toujours!

 

Merci soeurette de m'avoir dédié ce poème si bien écrit comme toujours, qui me rappelle tant de souvenirs de mon enfance. Moi aussi j'ai passé des moments merveilleux dans cette chambre haute avec mes camarades; tu étais là toi aussi mais trop jeune pour t'en souvenir ( notre différence d'âge (8 ans) tu n'avais que trois ou quatre ans).  Tu jouais avec ta poupée pendant que nous, avec  des vieux livres d'école, et des vieux cahiers prenions plaisir à jouer à la maîtresse en mettant des notes partout, chacune à notre tour. Que c'est bon de se replonger dans ces moments si lointains et si proches à la fois. Merci pour tout cela.

 

Commenter cet article

rainbow 18/04/2013 18:16


Que dire !!! l'émotion m'étreint à la vue de la photographie. Mille bisous. Rainbow

phedre3 15/04/2013 18:37


Venant de toi mon cher Pouéto c'est un réel compliment que je m'empresserai de transmettre à l'auteur ma soeurette.

elpoueto 14/04/2013 11:37


Très très très beau !