Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Phedre3.

Phedre3.

De tout un peu.

Publié le par phedre3

La Nouvelle République du 31 août 2012. Une belle histoire! Une amie âgée, habitant seule dans un pavillon, tombe dans sa cave et se fracture le col du fémur. Elle réussit à se traîner jusqu'à sa cuisine, mais ne parvenant pas à atteindre son téléphone,...

Lire la suite

Publié le par phedre3

Le plus beau diamant...de la R.... Le Kasikçi de Soliman le Magnifique

Lire la suite

Publié le par phedre3

Rose fanée doux souvenir. Si l'on me demandait Aujourd'hui qu'as tu fait Je répondrais : si peu de choses, Juste contemplé une rose ! Cette rose, tant de beauté, Même fanée, pour moi sacrée. Rescapée du bouquet charmant Tant attendu par une maman. Chaque...

Lire la suite

Publié le par phedre3

Notre vie n'est qu'un rêve. Les gens souffrent à cause de leur esprit rempli d'illusions, de folies et de peurs ; mais tout cela n'est qu'image dans un miroir, sans réelle existence. Taisen Déshimaru.

Lire la suite

Publié le par phedre3

Emblème des Cordeliers (Sculpté en relief au Plafond du Temple des Cordeliers) Le club des Cordeliers ou Société des Amis des droits de l’homme et du citoyen est une société politique fondée le 27 avril 1790 et sise dans l’ancien réfectoire du couvent...

Lire la suite

Publié le par phedre3

Me revoilà. Bien contente car le blog m'a beaucoup manqué. Je vais essayer de reprendre le cours normal de mes moments consacrés aux blogs que je préfère et à la recherche d'articles pour mon blog personnel. A bientôt et bisous.

Lire la suite

Publié le par phedre3

POUVOIR DES CHIFFRES: 12345678910 Rien que par leurs formes, les chiffres nous racontent l'évolution de la vie. Tout ce qui est courbe indique l'amour. Tout ce qui est trait indique l'attachement. Tout ce qui est croisement indique les épreuves. Examinons-les....

Lire la suite

Publié le par phedre3

ARTHUR RIMBAUD (1854-1891) Illuminations (1873-1875) Aube J'ai embrassé l'aube d'été. Rien ne bougeait encore au front des palais. L'eau était morte. Les camps d'ombre ne quittaient pas la route du bois. J'ai marché, réveillant les haleines vives et tièdes,...

Lire la suite