Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Phedre3.

Phedre3.

De tout un peu.

Publié le par Pierrette LEGRIS

On s'est souvent moqué de nos anciens politiques, ceux que l'on nomme encore "Les Eléphants".

Ils avaient un certain âge, ils ont fait de bonnes et aussi de mauvaises lois, Ils réfléchissaient en hommes "mûrs", alors qu'aujourd'hui c'est du "n'importe quoi". La jeunesse chez les politiques quoi que l'on dise n'est pas une bonne chose. C'est à celui qui va sortir la plus idiote des réformes. Ils n'arrêtent pas de "buguer". Et aussi "beugler" à l'assemblée. Ils font, ils défont puis le temps presse et ils sortent à la hâte la "boulette" qui ne satisfait personne.

J'en arrive à celle qui me hérisse : modifier l'orthographe de notre belle langue. Pourquoi ? Bien sûr il y a certains mots, mais s'ils s'écrivent ainsi depuis si longtemps c'est que tout le monde a réussi à les écrire sans pour autant être obligé d'étudier le latin ou le grec. Il suffit que l'enseignant ait quelques notions pour faire comprendre à l'élève le pourquoi de l'horthographe bizarre. Mais c'est la LANGUE FRANCAISE on n'y touche pas !!!!

Ah oui c'est vrai, dans notre pays il y aura bientôt plus d'étrangers que de français, mais ils sont aussi intelligents et apprendront si c'est bien enseigné.

J'ai bientôt 81 ans, je n'ai jamais étudié le latin et il me semble que j'aligne les mots sans trop les "écorcher". Mon papa, à 13 ans est reçu premier du canton au certificat d'études primaires. Fils d'agriculteur, agriculteur lui-même, parce que aîné de cinq enfants ses parents ne voulaient pas faire pour lui ce qu'ils n'auraient pu faire pour les autres. Idiot bien sûr, mais à l'époque on donnait tout son sens à la valeur humaine. Le pauvre a étudié tout seul avec ses dictionnaires. On pouvait lui demander la racine des mots, il savait. Il écrivait tout le temps et lisait beaucoup tout en travaillant sa terre qu'il aimait tant.

NON A LA REFORME DE L'ORTHOGRAPHE !

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

- Extrait d'un article -

..........

Il faut dire que, si les levées de boucliers en faveur de l’enseignement classique sont fréquentes, elles sont très souvent le fait des enseignants de lettres classiques. Ne font-ils pas que défendre leur chapelle ? A preuve, ils ne luttent pas tant pour attirer les élèves, que pour établir (rétablir ?) leur position au regard des Pouvoirs Publics et de l’Académie. Alors, utiles ou non, le latin et le grec ? Et qui est, finalement, à même de décider ce qui sera utile ou non ? Ce qui est certain, c’est que rien n’est jamais utile à tous : si tous les jeunes suivaient les mêmes filières, les mêmes enseignements, le monde deviendrait vite d’une effroyable monotonie, alors que justement il a besoin d’êtres divers. Se distinguer par sa formation, comme par ses talents, peut être un atout. A l’inverse, personne ne remet en cause l’utilité des mathématiques, alors que – et là je parle de mon expérience personnelle – bien qu’ayant suivi un cursus d’ingénieur et une carrière technique de plus de 40 ans, je ne me souviens pas, depuis la sortie du lycée, avoir eu à examiner une seule fois les variations d’une fonction 3x2+2x-5, ou même d’avoir eu à extraire une racine cubique... A l’inverse, le souvenir de choses inutiles en apparence, m’a souvent servi bien davantage. Comme quoi, qui saura ce qui est utile ou non ?

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Commenter cet article