Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Phedre3.

Phedre3.

De tout un peu.

Publié le par Pierrette LEGRIS

Pour oublier un peu l'affaire DSK.....

...........

Chaque fois que Montaigne touche aux choses de la religion, il le fait avec une extême circonspection, par exemple à l'ouverture du chapître "Des prières", dans le premier livre des essais, au moment de donner son avis sur cet acte rituel de la vie chrétienne.

   " Je propose des fantaisies informes et irrésolues, comme font ceux qui publient des questions douteuses, à débattre aux écoles : non pour établir la vérité, mais pour la chercher : Et les soumets au jugement de ceux, à qui il touche de régler non seulement mes actions et mes écrits, mais encore mes pensées. Egalement m'en sera acceptable et utile la condamnation comme l'approbation, tenant pour absurde et impie, si rien se rencontre ignoramment ou inadvertamment couché en cette rhapsodie contraire aux saintes résolutions et prescriptions de l'Eglise Catholique Apostolique et Romaine, en laquelle je meurs, et en laquelle je suis né" (I, 56, 512-513).

...........

Il s'agit bien d'Essais, c'est-à-dire d'exercices ou d"expériences de pensée, de jeux d'idées, nullement d'u traité de philosophie ou de théologie. Montaigne ne tient pas à ses propos, il se dit prêt à les réfuter s'ils devaient être jugés erronés et se soumet sans réserve à l'autorité de l'Eglise.

Ce sera le sens de son voyage à Rome en 1580, afin de présenter le livre I et II des Essais à la censure pontificale. Celle-ci critiqua entre autres points de détail, comme l'utilisation du mot fortune, mais n'objectera rien par exemple, au fidéisme, au scepticisme chrétien c'est-à-dire à la séparation quasi absolue de la foi et de la raison dans "l'Apologie de Raymond Sebond".

............

Commenter cet article